Le jardinage domestique est en plein essor – littéralement. Regardez les résultats du sondage Observations sur le jardinage 2022 : 62 % des personnes ont dit qu’elles planteraient plus de végétaux dans l’année à venir – pour de bonnes raisons. Passer du temps dans le jardin offre une multitude d’avantages, comme entretenir un sentiment de bien-être, ou créer un espace extérieur plus joli.

« Il y a certaines forces stabilisatrices dans le jardinage, qui peuvent nous ancrer lorsque nous nous sentons instables, incertains ou terrifiés », a dit Joel Flagler, professeur de biologie des plantes à l’université Rutgers, au Magazine Agweek. « Ce sont ces résultats prévisibles et les rythmes prévisibles du jardin qui sont vraiment réconfortants en ce moment. »

Pour moi, jardiner me donne l’occasion de faire pousser des aliments frais et sains dans ma propre cour. Les produits biologiques ont non seulement un meilleur goût, mais ils sont aussi cultivés sans pesticides, herbicides ou fertilisants nocifs. C’est mieux pour vous et pour l’environnement – c’est le paradigme d’un style de vie Norwex®.

Il y a aussi des avantages pour la santé, physique et psychique. Jardiner est un excellent exercice, qui aide à réduire le stress, à améliorer la qualité du sommeil et à gérer son poids, selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies. Et pour de nombreuses personnes, entretenir un jardin est apaisant, motivant et même thérapeutique.

Besoin de plus d’arguments convaincants? Cultiver ses propres fruits et légumes permet non seulement d’économiser de l’argent sur l’épicerie, mais vous ferez aussi moins de trajets pour vous y rendre. (Gagnant, gagnant.) Même seulement quelques plants peuvent être très abordables et fournir plusieurs livres de délicieux produits agricoles sur une saison.

Maintenant que nous avons établi le pourquoi, voyons le comment. Commencer un potager n’a pas à être compliqué. En fait, c’est l’opposé. La clé est de diviser le processus en étapes faisables. Si vous débutez dans le jardinage, commencez avec un plus petit espace. Cela vous donnera la chance d’apprendre les bases, et de voir combien de temps vous voulez consacrer à la plantation, l’arrosage et le désherbage.

Choisissez ce que vous voulez planter. Certaines personnes étudient des magazines et des catalogues pendant des mois, tandis que d’autres achètent seulement ce qui leur plaît. Dans les deux cas, il est important de connaître les variétés qui pousseront dans votre région spécifique.

Choisissez des fruits et des légumes que votre famille apprécie – ou qu’elle veut au moins essayer. Consultez les paquets de semences et les étiquettes des plantes pour connaître leurs caractéristiques – les conditions de croissances, la tolérance à la chaleur et au froid, le rendement et la résistance aux maladies.

Il y a deux groupes principaux de plantes : saison fraîche et saison chaude.

  • 4°C/40°F : Les légumes verts à feuilles (roquette, kale, laitue et épinards), les pois, radis et panais.
  • 10°C/50°F : Choux chinois, poireaux, oignons, bette à carde et navets.
  • 15°C/60°F : Betteraves, brocoli, choix de Bruxelles, choux, carottes et chou-fleur.

Les légumes de la saison chaude – Les tomates, poivrons, le maïs et les okras sont moins difficiles. Attendez au moins deux semaines après la dernière date de dégel moyenne avant de les planter. Les légumes connus pour prospérer dans des climats chauds sont les artichauts, fèves, concombres, aubergines, melons, okras, arachides, poivrons, courges et patates douces.

Vous préférez les fleurs? Choisissez parmi les fleurs annuelles qui fleurissent la plus grande partie de l’été (mais doivent être replantées chaque printemps) et les plantes vivaces (qui ont une période de floraison plus courte, mais reviennent chaque année). Les variétés faciles à faire pousser sont :

  • Les annuelles : Les calendulas, cosmos, géraniums, impatiens, soucis, tournesols et zinnias.
  • Les vivaces : Les marguerites jaunes, hémérocalles, pensées, échinacées pourpres et la sauge de Russie.

La règle de base : trouvez des jeunes cultures et plantes et cultivées sans fertilisants ou pesticides chimiques. Votre marché local est un excellent endroit pour découvrir les variétés locales.

Connaître votre zone de rusticité est une autre bonne ressource. D’après la température moyenne la plus basse d’une région, les zones identifient les plantes qui pousseront dans certaines conditions spécifiques. Aux États-Unis, un grand nombre de sites Web remplis d’informations peuvent vous guider. Le Gouvernement du Canada offre des cartes similaires de rusticité des plantes, basées sur l’approche par température minimale extrême de l’USDA.

Il y a deux critères de base lorsque vous voulez choisir l’emplacement de votre potager : la lumière et l’eau.

Tous les végétaux ont besoin de lumière pour réaliser la photosynthèse. Choisissez des plantes qui pourront se développer dans la quantité de lumière directe du soleil que chacune d’elles recevra chaque jour – de complète (de sic à huit heures) à partielle ou nulle.

Assurez-vous de les arroser fréquemment pendant les premières semaines. Une fois que les plants établis, un arrosage abondant plusieurs fois par semaine permettra à l’eau s’infiltrer dans les racines. En cas de doute, toucher la terre quelques pouces sous la surface – si elle est sèche, c’est le moment d’arroser. Il est recommandé d’arroser le matin pour minimiser l’évaporation.

L’entretien régulier est important pour aider les plants à atteindre leur plein potentiel.

Les mauvaises herbes sont inévitables – mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas les contrôler en toute sécurité. Une couche de paillis appliqué tôt dans la saison est un bien meilleur choix que les herbicides chimiques qui peuvent nuire au sol – et évidemment aux êtres humains et aux animaux.

De la même manière, tous les potagers ont des parasites. Mais vous pouvez minimiser leurs dommages – et protéger l’environnement – en les contrôlant biologiquement. Il existe des insecticides sécuritaires, comme la Bacillus thuringiensis (une bactérie naturellement présente), les huiles horticoles, les savons insecticides, les vaporisateurs d’ail et de piments forts. Les filets protecteurs et housses de rangées sont aussi efficaces.

Cependant, tous les insectes et bestioles ne sont pas néfastes pour les potagers. Les grenouilles, crapauds, lézards et insectes bénéfiques sont des prédateurs naturels. Et les abeilles, les oiseaux et papillons font plus que d’ajouter de la beauté – ils transfèrent aussi le pollen qui génère la production des semences et fruits.

Pas beaucoup d’espace? Pas de problème.

  • Pensez en hauteur à la place. Plantez des vignes montantes sur une clôture, du lierre au-dessus d’une porte ou d’un treillis sur le côté de votre maison.
  • Plantez des fleurs, légumes verts et même des fines herbes dans des bacs à fleurs devant vos fenêtres.
  • Fixez un potager vertical sous votre porche ou à vos clôtures.

Vous pourriez aussi essayer de trouver un jardin communautaire – des parcelles de terrain et des espaces verts, généralement dans les zones urbaines, où les gens se rassemblent pour faire pousser des fruits et légumes frais. Leur popularité est en hausse fulgurante, à cause de l’augmentation du coût des aliments et à une plus grande appréciation pour le style de vie durable et les produits agricoles biologiques. Le site Web de L’USDA est incontournable pour obtenir plus d’informations.

Une autre alternative est le bénévolat, une solution parfaite pour de nombreux adeptes du jardinage. De nombreuses communautés ont des programmes spéciaux gérés par les départements des parcs ou les collèges communautaires locaux.

Profitez des fruits de votre travail.Testez de délicieuses nouvelles recettes qui contiennent des produits agricoles fraîchement cultivés.

Et enfin, savourez l’expérience. Souvenez-vous de vous arrêter et de sentir les roses – ou peu importe ce que vous faites pousser dans votre jardin.

Ressources :